Les voisins

 

les voisins

 

Nous nous croisons chaque jour, ou presque, parfois plusieurs fois par jour. Certains disent bonjour, d’autres bonsoir. A chacun son créneau. Et certains ne disent rien. Pas un mot, pas un sourire. Peut être ne nous voient-ils pas, ne nous entendent-ils pas, n’osent-ils pas…

Il y a les bavards qui ont dix mille choses à nous raconter alors que nous avons envie de rentrer chez nous ou partons pour un rendez-vous et sommes pressés. Dix mille choses qui les passionnent.

Puis viennent les discrets. Nous les entendons tout juste. Nous ne savons pas dire s’ils sont chez eux ou pas.

Les bruyants …Est-ce nécessaire de les décrire ? Nous savons dire lorsqu’ils sont chez eux.

Arrivent ensuite les faiseurs d’histoires : ils semblent passer leur temps à guetter le moindre faux-pas que nous pourrions faire. Et si nous n’en faisons pas, ils en imaginent. Ils choisissent leurs victimes et ne leur pardonnent rien. Bizarrement, à l’opposé, si nous faisons partie des personnes qu’ils aiment, ils seront extrêmement adorables.

Et les curieux ? Nous les apercevons derrière leurs rideaux. Ils connaissent l’art de soulever discrètement, ou non, un coin de rideau pour regarder qui sort, qui entre, qui s’est garé devant la maison de leurs voisins… Etre à l’affût de ce « qui » est leur principale occupation. Et quand vous leur demander s’ils ont pas vu quelque chose de précis, ils ne l’ont pas vu  bien sûr…

N’oublions pas les serviables. Nous pouvons frapper à leur porte à n’importe qu’elle heure du jour ou de la nuit. Ils nous ouvrent toujours avec le sourire, prêts à nous tendre la main ou, tout simplement, à nous « dépanner » d’un litre de lait, d’un morceau de pain, de kilogramme de sucre.

Puis voici la catégorie de ceux qui ont toujours un service à demander. A n’importe qu’elle heure, ou n’importe quoi. Ce sont parfois les mêmes qui ne sont pas disponibles lorsque nous en avons besoin… Ils sont tellement occupés !

Et on trouve aussi les grands, les petits, les gros , les maigres, les blonds, les bruns…
Ce sont eux les voisins. Les voisins…

Qu’elles que soient leurs caractéristiques, ils nous rappellent que nous sommes des êtres sociaux. Nous nous plaignons d’un voisin bruyant ou envahissant. Nous nous réjouissons du voisinage d’un gentil. L’échantillonnage du voisinage est souvent représentatif de la société, avec tous les types de relations humaines, toutes les sources d’émotions. Colère, sollicitude, tolérance, énervement, disponibilité, intolérance, joie, tristesse, etc.

Certains jours, nous pensons « pour vivre heureux, vivons cachés » et nous nous imaginons vivants loin de tout. Et pourtant nous sommes toujours là. Par choix ? Par nécessité ? Peu importe.L’Homme est un être social alors apprenons à faire avec : avec soi, avec les autres.

« Pour faire la paix, il fait être deux: soi-même et le voisin d’en face. »                                      Aristide Briand

Lien retour vers la page « Regards sur… »

Lien retour vers la page de bienvenue

Laisser un commentaire

Page generated in 2,087 seconds. Stats plugin by www.blog.ca