Un lundi presque comme un autre- Partie2

(Lien vers la première partie: Un lundi presque comme un autre-Partie1-)

 

…Nelly décide de partir à la découverte du hameau-village.

Les ruelles sont pleines de charme, les façades des maisons entretenues et les balcons fleuris. Pourtant la seule présence vivante qu’elle perçoit vient du chant des oiseaux. Face à elle, au bout d’une ruelle, une porte entrouverte, comme une invitation à entrer. Mais Nelly n’ose pas passer le seuil… Elle décide de retourner à sa voiture et faire demi-tour. C’est plus raisonnable. Un demi-tour qui finira par la remettre sur le chemin qu’elle n’aurait pas dû quitter pour arriver à son rendez-vous professionnel du jour.

Lorsqu’elle arrive enfin, avec un retard important inhabituel pour elle, elle se confond en excuses. Elle a envie de raconter ce qui lui est arrivé mais  réalise que son histoire n’intéressera personne, ne sera pas entendue. Elle décide donc de la garder pour elle et bredouille une vague excuse liée à un pneumatique crevé, un garagiste introuvable… Introuvable: elle n’est pas si loin que cela de la vérité si ce n’est que l’adjectif ne s’applique pas à un garagiste.

La semaine de travail de Nelly se poursuit sur son rythme habituel mais son aventure du lundi l’intrigue et lui revient régulièrement à l’esprit. Arrive le week-end. Passe le week-end. Nelly a hâte de reprendre la route ce lundi matin. Elle a une idée en tête et une seule: retrouver son village fantôme et son atmosphère mystérieuse et apaisante. Et puis comprendre peut-être.

Mais Nelly ne retrouve pas le chemin qui l’y a conduit. Elle se repasse tous les détails qui pourraient l’aider. En vain. Elle est triste et déçue. Elle ne comprend pas. A cet instant le klaxon d’une voiture la sort de sa réflexion. Instinctivement  elle se serre sur la droite de la chaussée pour croiser sans heurt le véhicule qui lui fait face. Puis elle poursuit sa route.

Après quelques centaines de mètres seulement, elle aperçoit un village au bout d’un champ sur sa droite mais pas de chemin d’accès en vue. Ce n’est pas « son village » mais elle ressent le même attrait mystérieux et apaisant. Elle arrête son véhicule, en descend et traverse le champ.

L’entrée de ce hameau-village s’ouvre sur une place avec un bar et une terrasse à l’ombre d’un tilleul….

Hameau

 

A SUIVRE

Lien vers « Un lundi presque comme un autre-Partie3

Lien retour vers « Un lundi presque comme un autre-Partie1

Lien retour vers la page « Contes et nouvelles »

Lien retour vers la page de Bienvenue

Lien vers la page facebook de l’auteur

 

Laisser un commentaire

Page generated in 1,346 seconds. Stats plugin by www.blog.ca