Il était une fois un miroir…

Miroir

Dans sa salle de bains, Laureana se prépare pour aller travailler. Actuellement elle n’aime pas l’image que lui renvoie son miroir mais il est vrai que depuis quelques temps elle néglige de prendre soin d’elle.

Un cercle vicieux s’est installé: la vie fait que son conjoint ne la voit plus, ne la regarde plus; quant à Laureana, elle a oublié le jeu de la séduction. Avec ce fonctionnement on finit par douter de soi et perdre sa capacité à plaire. Les autres voient l’image que l’on donne à voir. En retour, ils vous renvoient ce qu’ils perçoivent de vous; l’engrenage est enclenché.

Le temps a passé, Laureana s’est habituée à vivre ainsi. Ou tout au moins essaie-t-elle de s’en convaincre car elle est mal dans sa peau en ce moment. Quand elle essaie des vêtements dans les boutiques, quand elle parle chiffons avec ses collègues de travail, elle se rend compte que cela la déstabilise. Bien qu’il s’agisse davantage d’un manque d’harmonie entre son corps et son esprit que d’une question d’apparence physique, elle évite  les conversations avec les copines et les miroirs.

Cependant Laureana a un ami proche avec qui elle a de longs échanges sur tout et sur rien. Dans son salon cet ami a un miroir posé au sol . Bizarrement quand Laureana se regarde dans ce miroir, elle aime l’image qu’il lui renvoie. Elle ne dit rien à personne mais elle trouve cela intriguant.

Un jour, alors que son ami est occupé à la cuisine par le débouchage d’une bonne bouteille de vin, Laureana s’approche du miroir, le touche du plat de la main. Soudain tout son corps est attiré par cette surface polie jusqu’au moment où il se trouve complètement absorbé et  se trouve de l’autre côté de la glace. Une sensation indéfinissable, faite de surprise et d’une légère peur, s’empare de Laureana.

Elle effectue alors un demi-tour sur elle-même et se retourne  vers la glace sans tain qu’elle vient de traverser: elle aperçoit tous les autres invités qui sont arrivés et se trouvent dans le salon. Eux ne la voient pas, eux ne la cherchent pas. Eux n’imaginent pas qu’ils puissent être vus.

Laureana observe avec amusement leur attitude  lorsqu’ils passent près du réflecteur.

Voilà la grande Julie qui s’approche. La grande Julie c’est la jolie fille de la bande, bien dans sa peau. Julie jette un oeil furtif vers son reflet: une fille bien dans sa peau ne s’attarde pas sur son image de manière visible en public; juste un coup d’oeil anodin pour s’admirer. Brusquement, alors qu’elle était en train de retourner vers ses amis, Julie a un  revirement de tête vers le miroir en levant un sourcil étonné. Elle observe son image plus longuement. Ce qu’elle voit n’est pas ce à quoi elle s’attendait.

Arrive alors Léana, la « petite » de la bande. Pas question pour Julie de laisser Léana voir l’image pas très flatteuse que lui renvoie le miroir aujourd’hui. Elle s’éloigne aussitôt pour rejoindre les autres.

Léana n’est pas très grande ce qui implique que le moindre kilogramme dit « en trop » se voit. Et même si elle semble accepter ses bourrelets, lorsqu’elle se regarde dans le miroir de sa salle de bain elle se dit qu’elle se passerait bien de ces coussins peu gracieux. Ce soir elle a mis une robe moulante et courte qu’elle réajuste régulièrement. A cet instant, face à ce miroir posé au sol, elle est étonnée par l’image qu’il lui renvoie. Elle  se trouve moins ronde qu’elle ne le pensait.

Laureana voit ainsi défiler un à un tous les invités de la soirée.  Ce qu’elle voit en étant ainsi de l’autre côté du miroir va au delà des apparences.

Laureana comprend  que le reflet renvoyé à ceux qui se regardent ne correspond pas à leur propre réalité mais à la vision que Laureana a d’eux. Un miroir qui reflète la vision que l’autre porte sur vous…Intéressant mais impressionnant.

Laureana souhaite retraverser cette surface réfléchissante. Elle la caresse à nouveau du plat de la main  et se retrouve au milieu des autres comme si de rien n’était, ou presque.

« Tu es en beauté ce soir, » lui lâche la grande Julie. Laureana n’est ni plus ni moins en beauté que d’habitude, tout au moins dans le sens où Julie l’entend. Ce soir Laureana a tout simplement envie d’être elle-même.

Dorénavant lorsqu’elle passe devant un miroir, elle sait ce qu’elle va y voir. Ce face à face peut être plus ou moins agréable selon l’état d’esprit ou de fatigue du moment, comme pour tout un chacun  Mais une chose est certaine: elle ne laissera pas les autres ternir son miroir.

Etre soi

 

 Lien retour vers la page « contes et nouvelles »

 Lien retour vers la page de Bienvenue

Page generated in 0,628 seconds. Stats plugin by www.blog.ca