Avoir 80 ans

vivre ses rêves
Vivre ses rêves

Lucie est à l’aube de sa  quatre-vingt-unième année. Depuis quelques mois une fichue maladie l’empêche de sortir de chez elle, hormis pour ses rendez-vous avec les médecins. Le reste du temps elle est cantonnée au repos à son domicile.

Ce soir en allant se coucher elle a ressenti une grande fatigue, une grande lassitude. Et puis elle a eu la sensation que son corps l’abandonnait. Elle s’est sentie peu à peu glisser dans une certaine torpeur, pas forcément désagréable. Alors des images de sa vie se sont mises à défiler, lentement d’abord, puis de plus en plus vite.

Les bons comme les mauvais souvenirs remontaient à la surface lui faisant prendre conscience, dans cet état de semi-inconscience de…

La joie ou le regret de certaines choses qu’elle avait faites, la joie ou le regret de certaines choses qu’elle n’avait pas faites…

Le regret de choses qu’elle avait pu dire ou ne pas dire… Ne pas savoir su dire je t’aime à des personnes qu’elle aimait ou ne pas avoir su dire à d’autres qu’elle ne les aimait pas…

Ne pas avoir pris le temps de penser un peu à elle également, ou plus exactement, n’avoir pas su le faire.

Et si une seconde chance lui était donnée maintenant, qu’en ferait-elle ? Saurait-elle l’utiliser?

Puis Lucie a fermé les yeux.

Et soudain, par un inexplicable coup du sort, elle s’est réveillée à l’âge de quarante ans avec un mois de vie qui lui était offert. Un  mois complet à vivre en ayant en mémoire ce dont elle avait pris conscience à l’aube de sa quatre-vingt-unième année.

Par où commencer? Il s’agissait de mettre de l’ordre et des priorités dans ses envies afin d’optimiser le temps qui lui était alloué. Pas facile. Puis la solution lui est apparue: ne pas réfléchir et vivre le moment présent selon son instinct. Elle n’avait que trop mentalisé sa vie autrefois. C’est peut-être ce qui l’avait empêché de vivre réellement. Elle avait traversé sa vie sans être malheureuse mais elle vivrait ce mois qui lui était offert en étant heureuse.

Un mois passé à…

Appeler ceux qui avaient eu une place dans sa vie, renouant avec certaines personnes chères de qui elle s’était éloignée, s’écartant d’autres personnes toujours  présentes mais dont elle aurait dû s’éloigner auparavant.

Réaliser des rêves qu’elle ne s’était jamais autorisée à réaliser: prendre des cours de chants, partir en week-end sans dire à qui que ce soit où elle était et bien d’autres encore. Tous des rêves faciles à réaliser. A se demander pourquoi elle ne l’avait pas fait plus tôt, ce qui lui aurait permis d’en profiter plus longtemps. Car un mois ça s’écoule rapidement.

Voilà, le crépuscule du dernier soir était arrivé. Elle se retrouvait à nouveau dans son lit dans cet état de torpeur qu’elle avait ressenti un mois avant. La fin était là…La fin de quoi?

Lorsque son réveil sonna, Lucie comprit que ce n’était pas la fin de sa vie mais la fin d’un cauchemar ou d’un rêve selon le point de vue dont elle le regarderait. Là était la question: à partir de maintenant saurait-elle vivre sa vie comme ce mois dont elle venait de rêver?

La suite de l’histoire ne le dit pas. A chacun de choisir la suite de son histoire.

avoir le choix
Etre soi

 Lien retour vers la page « contes et nouvelles »

Lien retour vers la page de Bienvenue

 

Laisser un commentaire

Page generated in 7,745 seconds. Stats plugin by www.blog.ca