Et le lundi revint – Partie 1

(Lien vers « Après le lundi vient le mardi – Partie 2 »)

(Lien retour vers vers la première partie de l’histoire)

Nelly savait que la route serait longue mais elle était quelqu’un de patient. Et puis cela faisait si longtemps qu’elle attendait; elle n’était plus à une semaine près. Aussi décida-t-elle d’effectuer le trajet en plusieurs  étapes.

Elle choisit de n’emprunter que ponctuellement les autoroutes et savourait les paysages traversés pas les nationales ou les départementales. Le soir elle s’arrêtait dans des auberges de campagne, quelquefois dans de modestes hôtels de petites communes de bord de mer. Tous ces lieux offraient une ambiance familiale à laquelle s’ajoutait la possibilité de jouir du calme de la solitude.

Quatre jours après avoir quitté la Bretagne, elle arriva chez son amie provençale. Mathilde  l’accueillit à bras ouverts.

Toutes deux se connaissaient depuis une vingtaine d’années. Elles s’étaient rencontrées dans le cadre professionnel. Habituellement, l’une aussi bien que l’autre, avaient pour principe de dissocier le professionnel du privé. Mais, très vite, elles s’étaient rendues compte qu’elles avaient trop de points communs pour rester de simples collègues de travail. Peu à peu elles étaient devenues amies. Lorsque Lucie changea de lieu de travail et, plus tard de région, leur amitié perdura et s’en retrouva même renforcée. Elle était de ces amitiés que ni le temps ni l’espace ne rompent. Elles se voyaient moins fréquemment certes, mais à chaque rencontre, à chaque appel, elles avaient la sensation de s’être quittées la veille et avaient toujours des millions de choses à se raconter.

Tel fut  encore le cas ce jour là. Elles se donnèrent des nouvelles de leur vie,  se remémorèrent quelques souvenirs puis elles parlèrent de la raison de la venue de Nelly.

Mathilde soutenait son amie dans son projet parce qu’elle était son amie, mais elle demeurait sceptique quand aux raisons réelles de sa démarche et à sa réussite: « Pourquoi tiens-tu à retrouver ce village entrevu il y a plus de vingt ans? Qu’espères-tu? »

Nelly répondit simplement qu’elle souhaitait le faire, sans avoir aucune attente sur ce que cela pouvait lui apporter. Ce n’est qu’en tentant de le trouver, qu’elle pourrait savoir si cela était du domaine du possible, du réel. Peut-être découvrirait-elle alors les raisons qui la poussaient à agir ainsi…

 

A suivre

 

Lien retour vers la page de Bienvenue

https://www.facebook.com/AugustineGuzzi/

S’écouter

Page generated in 1,196 seconds. Stats plugin by www.blog.ca