Après le lundi vient le mardi (partie1)

(Suite de la nouvelle « un lundi presque comme un autre »)

Nelly a poursuivi son chemin et la vie repris son cours. Elle l’amena aussi à changer de région; une envie de longue date dont la réalisation  fut amenée par les  circonstances de la vie. Une nouvelle affectation avait été proposée à son mari, une promotion professionnelle.

« Nous ne pouvons pas laisser passer cette occasion, d’autant plus que la Bretagne est une région qui nous a toujours attirés. » Nelly entendait encore les paroles de son époux… Quand elle avait timidement objecté que cela signifiait aussi qu’elle quitte son travail, celui-ci l’avait pris tendrement dans ses bras et avait murmuré au creux de son oreille: « Cela va faire trois ans que nous sommes mariés… c’est peut être l’occasion et le moment d’avoir un enfant…Tu pourrais t’en occuper et en profiter, le voir grandir. »

Ainsi firent-ils leurs bagages pour une nouvelle vie.

Leur première fille, Lucie, était née tout juste un an après leur déménagement.  Son petit frère Paul l’avait suivi de peu: seulement quinze mois après. Nelly était heureuse entourée de ses deux superbes enfants. Son mari se réalisait professionnellement. Ils s’étaient faits de nouveaux amis. La vie se déroulait. Un schéma somme toute classique.

Puis les enfants grandirent. Devenus adolescents ils eurent moins besoin de leur mère ou, tout au moins, aspiraient-ils à plus d’indépendance ce qui laissait à Nelly  davantage de temps libre. Le vide peut faire peur quelquefois. Nelly allait apprendre à réorganiser sa vie.

Elle lisait beaucoup. Elle se mit aussi à écrire. Elle écrivait surtout  des poèmes et  des contes pour enfants. Puis elle se mit à écrire des des contes philosophiques. Elle s’appuyait sur ce que la vie lui offrait, elle puisait son inspiration en regardant autour d’elle.

C’est ainsi que le souvenir de ces lundis particuliers qu’elle avait vécus à l’époque où ils habitaient en Provence remonta à la surface de sa mémoire. Elle retrouvait la sensation éprouvée, faite d’étrangeté et de bien être. Cette histoire l’intriguait toujours. Parfois elle se demandait si elle l’avait réellement vécue ou si elle l’avait rêvée…Non, elle savait qu’elle l’avait réellement vécue même si son entourage ne l’avait pas crue. Tous avaient mis cela sur le compte d’une grande fatigue conjuguée aux effets secondaires du traitement médical qu’elle prenait.

 

A suivre…

un souvenir

Lien vers:

« un lundi presque comme un autre » Partie 3

« Après le lundi vient la mardi « (partie 2)

Page de Bienvenue

Laisser un commentaire

Page generated in 1,182 seconds. Stats plugin by www.blog.ca