Ma mère

ma mèreMa mère…

Depuis longtemps, j’ai envie d’écrire un clin d’œil pour ma mère. Et puis le temps passe, les mots ne viennent pas toujours.

L’autre soir, je suis allée au cinéma. J’y ai vu un film relatant l’histoire d’une personne âgée face à sa fin de vie. Ses choix de fin de vie font émerger ses relations avec sa fille. Je me suis alors dit que c’était le moment de rédiger ce clin d’œil auquel je pense depuis un certain temps déjà. L’écriture a parfois besoin de déclencheurs.

Ma mère…
C’est cette personne d’un certain âge à ce jour. Elle a été aussi ma mère en étant jeune. Je m’en souviens mais c’est de cette mère d’un certain âge dont j’ai envie de parler. D’un certain âge et pleine de dynamisme. Il faut rendre hommage à cette joie de vivre qu’elle a su garder en elle malgré les aléas de la vie. Oh, certaines fois nous ne sommes pas d’accord toutes deux et nous nous agaçons mutuellement… Mais c’est aussi ça la vie.

Pourquoi ai-je davantage envie de parler de ma mère à son âge actuel ?

Par ce que les rapports parents-enfants sont différents lorsque nous sommes adultes, même si nous restons toujours l’enfant de nos parents.

Parce qu’elle est ma mère mais aussi la grand-mère de mes enfants. Elle est cette grand-mère qui prend le train pour aller passer cinq jours à Bordeaux chez sa petite-fille et lui dit, au restaurant  autour d’un bon foie gras : « on commande une bouteille de vin parce qu’un verre chacune ne suffira pas. » Cette grand-mère qui va également parler de préservatifs à son petit- fils à qui elle envoie des textos.

Elle est ma mère avec qui j’ai passé une journée à Porquerolles sur les traces de sa jeunesse. Une journée au cours de laquelle elle s’est rappelée des souvenirs qu’elle m’a fait partager. Une journée de randonnée et de fous rires ! Une journée à renouveler.

Elle est ma mère et celle de mes frères. Cette mère que nous devons économiser et protéger maintenant, comme elle nous a aimés et protégés lorsque nous étions enfants. Nous avons dû l’agacer quelquefois lorsque nous étions jeunes, comme il peut y avoir des moments où elle nous agace. Là encore, c’est la vie.

La roue de la vie tourne, roule, le temps passe. Alors accordons lui le droit de profiter de sa vie sereinement maintenant et créons-lui, créons- nous, de beaux souvenirs. Il suffit parfois de peu de choses : de la gentillesse, un coup de fil, un temps, une activité partagés.

J’ai la chance d’être adulte et d’avoir toujours ma mère près de moi … Près l’une de l’autre tout en respectant nos vies et notre indépendance respective.

J’ai la chance d’être adulte et d’avoir toujours ma mère près de moi …Et mes enfants adultes près de moi également. Près moralement, pas toujours géographiquement.

Alors  « maman », « mémé », vivement ce Noël proche pour lequel nous allons nous retrouver chez toi, autour d’un bon repas… Foie gras et vin à discrétion garantis. Souvenirs aussi.

ma mère

Lien retour vers la page de bienvenue

Lien retour vers la page « Clins d’oeil »

Laisser un commentaire

Page generated in 0,904 seconds. Stats plugin by www.blog.ca