Brèves De Vie de juillet 2017

Brève De Vie n°3 :

cette brève de vie est la dernière de la série constituée de la BDV n°2 du mois de juin et des BDV n°1 et 2 du mois de juillet -cf ci-dessous

Emmie  continue à se rendre au travail à pieds au minimum deux fois par semaine. Aujourd’hui c’était son dernier jour de travail: ce soir elle est en vacances.

Aussi est ce très tranquillement qu’elle marche sur le chemin- retour vers sa maison. Elle a le temps. Le temps de prendre le temps.

Quand un coup de klaxon émerge de la file de voitures arrêtées au feu rouge, elle ne pense pas qu’il lui soit destiné; jusqu’à ce qu’elle entende son prénom. C’est une personne avec qui elle a travaillé et qu’elle affectionne qui l’appelle! Une personne avec qui elle a travaillé dans l’école où était aussi l’ancien élève rencontré la semaine précédente.

Même scénario que la semaine précédente. On discute sur la chaussée. Mais le feu passe au vert. L’amie propose alors à Emmie de la raccompagner, histoire de prolonger la conversation.

Emmie n’est pas rentrée à pieds ce jour là. Elle n’a pas eu le plaisir de sa balade, espace transitoire entre le travail et le domicile, entre la fin d’une année de travail et le début des vacances.

Mais cette rencontre lui a fait plaisir. Elle  lui a confirmé l’importance des rapports humains, valeurs auxquelles Emmie attache de l’importance.

Dans la vie des choix sont souvent à faire. Ce soir Emmie a choisi les échanges empreints d’enthousiasme avec son amie et a abandonné sa balade à pieds. Sans importance: des balades à pieds elle pourra en faire d’autres; les moments à  partager avec les amis,  il ne faut pas les laisser passer.

Après les vacances Emmie reprendra  l’habitude de se rendre à pieds au travail, exercice physique et occasion de regarder ce qu’il y a son chemin.

Faire un choix

 

Brève De Vie n°2 :

cette brève de vie fait partie de la série constituée de la BDV n°2 du mois de juin et de la BDV n°1 du mois de juillet cf ci-dessous

Emmie  continue à se rendre au travail à pieds au minimum deux fois par semaine.

Ce matin, alors qu’elle traversait à un passage pour piétons, le conducteur d’une voiture joue du klaxon et  s’arrête quelques mètres plus loin. Il descend de la voiture. Emmie, surprise, se demande ce qui se passe. A ce moment là elle entend le conducteur l’appeler par son nom en  ajoutant: « j’étais sûre que c’était vous ! »

S’entame alors une conversation entre Emmie et ce jeune homme qui est un ancien élève à elle; un élève de la génération de sa fille. Le plaisir de se retrouver, de s’intéresser à ce que l’on est devenu. Le plaisir de voir qu’il reste de bons souvenirs de cette année scolaire lointaine. Le plaisir d’apprendre que cet élève a monté sa propre entreprise et qu’elle fonctionne bien.

Cet ancien élève insiste pour accompagner son enseignante en voiture jusqu’au lieu de son travail, histoire de discuter encore un peu.

Emmie n’est pas allée travailler à pieds ce jour là. Elle n’a pas eu le plaisir de sa balade matinale, un petit moment de bonheur pour démarrer la journée. Mais la rencontre de ce matin lui a confirmé l’importance des valeurs humaines dans le rapport aux autres; l’importance aussi pour un enseignant, au delà de sa fonction d’enseigner, de porter un regard positif sur les élèves.

Emmie pense que toutes ces petites graines positives parsemées sur le chemin de la vie participent à construire une forêt de bonté.

Graines de bonté

 

Brève De Vie n°1:

cette brève de vie fait suite à la BDV n°2 du mois de juin . Elle fera probablement partie d’une série.
Lliberté
Liberté

Emmie a continué à se rendre au travail à pieds au minimum deux fois par semaine.

Ces déplacements sont toujours des petits moments de bonheur; un temps et un espace de soupape entre son domicile et le monde du travail et réciproquement; une occasion de croiser des personnes connues ou inconnues, de leur adresser un sourire, un bonjour, d’échanger des banalités.

Chaque matin elle passe devant une poissonnerie et le poissonnier lui dit bonjour dorénavant lorsqu’il la voit passer; même chose pour cette marchande de légumes qui installe son étal chaque matin.

L’autre matin, alors qu’elle était presque arrivée, sur le trottoir face à elle elle aperçoit une jeune femme à bicyclette. Il est vrai que les trottoirs ne sont pas faits pour être utilisés par les deux roues. Il est vrai aussi qu’il manque de pistes cyclables dans les villes et que se déplacer sur la chaussée est dangereux.

A l’approche d’Emmie, la jeune femme à bicyclette se décale au maximum vers la droite pour croiser Emmie sans la gêner. Emmie a eu la même idée alors elle se décale à nouveau, mais du côté gauche cette fois-ci. Mais la jeune femme à bicyclette a eu la même idée en même temps. A ce moment là, éclats de rire des deux. Elles arrivent tout de même à se croiser sans heurt et en se souhaitant « bonne journée ».

harmonie
Histoire d’équilibre

 

Conclusion?

Un automobiliste qui suit un cycliste joue facilement du klaxon pour lui signaler sa présence et lui demander de se serrer sur le côté de la chaussée. Ce coup de klaxon est plus ou moins agressif.

Un piéton dans la situation d’Emmie aurait pu aussi jouer de la voix pour demander, de manière plus ou  moins agressive, à la cycliste de se déplacer.

Mais il est souvent plus facile de faire preuve d’agressivité lorsque nous sommes à l’abri de l’habitacle de notre voiture, de notre maison, de notre confort.

Alors n’oublions pas de sortir de nos habitudes, de notre bulle de temps à autre et d’aller vers les Autres. Un sourire en appelle souvent un autre en écho.

 

Lien vers la BDV n°2 du mois de juin 2017

Lien vers la page « Brèves De Vie » 2017

Lien vers la page de Bienvenue


 

Page generated in 0,704 seconds. Stats plugin by www.blog.ca