Juin 2015

Brève de vie n°1

Je suis assise face à l’écran de mon ordinateur. Que vais-je écrire pour la brève de vie de la semaine? Mon fils se lève, me dit bonjour et me propose un café. On discute cinq minutes. Ca y est, je l’ai ma BDV! « Facile », allez vous penser. Mais c’est cela le but de cette page: apprendre à regarder positivement autour de soi et savourer pleinement tous les « petits »bonheurs. Commencer la journée en partageant un café avec son fils: le top!Bonne journée à tous. BDV

 

Brève de vie n°2       En voiture.
Sur le chemin du boulot, en voiture, je croise un Papi qui râle car il a la sensation que je lui ai forcé dangereusement le passage. En fait, dans un rond –point qui « bouchonnait », je me suis incrustée gentiment et prudemment…et avec forces sourires et signes de remerciements.

Ok, ce n’est pas dans les règles du code de la route mais dans celui du bon usage du citoyen : il suffisait que Papi laisse un passage pour ceux qui, comme moi, allaient dans la voie d’en face et cela désengorgeait notre voie.
Voilà donc papi très mécontent ! Je continue à lui adresser des sourires. Il continue à râler. Je continue à lui faire des coucous amicaux de la main. Il râle toujours. Je finis par lui envoyer une bise de la main. Là, il est désarçonné, Mamie éclate de rire…et Papi arrête de râler ! Je continue mon chemin.
Morale ? Ca ne marche pas à tous les coups mais mieux vaut éviter d’entrer dans le cercle de l’agressivité. BDV

 

Brève de vie n°3        Une belle rencontre

Il était là dans son fauteuil…roulant, à déambuler  dans les couloirs de l’hôpital midi et soir. On voyait bien qu’il puisait toute l’énergie qui lui restait pour pouvoir se déplacer ainsi. Mais où allait-il? Qu’est-ce qui le motivait ainsi dans ses déplacements?  Ben aurait pu le suivre pour avoir la réponse mais cela aurait été intrusif.

Il a alors posé la question à la diététicienne avec laquelle il travaillait: à chaque heure de repas, cet homme partait rejoindre son épouse hospitalisée dans le service des soins palliatifs qui se trouvait deux étages plus bas. Il avait obtenu l’autorisation d’aller manger avec elle.

Il aurait pu demander à y être conduit. Mais, pour lui, ce déplacement représentait probablement plus qu’un simple déplacement: il était la preuve qu’il existait, qu’il avait encore une humanité et une fierté. Cela ajouté à la force de la tendresse qui lie deux êtres ayant partagé toute une vie de joies et de galères aussi. Tous deux étaient la flamme de vie de l’autre qui fait qu’ils pourraient s’éteindre en douceur.

 

Brève de vie n°4

C’est l’histoire d’un village où les commerçants vous font confiance. Ils ne sont pas équipés de terminaux pour cartes bleues et fonctionnent principalement avec le paiement par chèques. Maria , en vacances pour une semaine dans ce village, ne le savait pas. Elle n’a pas son chéquier dans son sac ce jour là et, pourtant, elle aurait volontiers acheté ces deux coussins qui correspondent exactement à ce qu’elle cherche. Proposition de la commerçante: on pourrait imaginer qu’elle lui propose de mettre les coussins de côté jusqu’à ce que Maria revienne les chercher?!Et bien non. Proposition: « prenez les coussins et vous m’enverrez un chèque lorsque vous serez retournée chez vous. »

Cette anecdote pourrait se passer de commentaire.                                                                                        Faisons parfois confiance aux autres. Nous pouvons y perdre, il est vrai. Mais nous pouvons  aussi y gagner. J’ose espérer que le partage, la générosité se diffusent et se multiplient lorsque nous les offrons. Quelques fois, ils nous reviennent en retour. BDV

 

Retour vers la page de bienvenue

Lien vers la page d’accueil des  BDV

 

 

 

 

 

One Comment on Juin 2015

Laisser un commentaire

Page generated in 0,618 seconds. Stats plugin by www.blog.ca